Épaule et cancer du sein

Les douleurs d’épaule après un cancer du sein ne sont pas une fatalité et vous devez en informer votre médecin pour qu’il prescrive des séances de kinésithérapie si votre chirurgien ou votre oncologue ne l’ont pas fait.

Un grand nombre de femmes opérées d’un cancer du sein souffrent de leur épaule au cours et après les traitements du cancer ; cela peut même nuire à leur qualité de vie et les empêcher de pratiquer une activité physique pourtant nécessaire pour lutter contre les effets secondaires des traitements et prévenir les récidives.

Les douleurs d’épaule existent parfois avant le diagnostic mais très souvent elles s’installent en raison d’une attitude spécifique ; en effet instinctivement, les femmes ont tendance à s’enrouler sur la zone meurtrie comme pour la protéger des chocs. Cette posture peut s’aggraver lors de la radiothérapie ou au cours de certaines reconstructions. Peu à peu celle-ci désorganise l’articulation de l’épaule générant des douleurs, des raideurs puis des faiblesses musculaires d’autant plus que des consignes de mise au repos du membre supérieur données par le chirurgien sont poursuivies trop longtemps.

Votre kinésithérapeute saura, après un bilan précis, prendre soin de votre épaule et de votre bras ; il vous expliquera pourquoi certains gestes étaient interdits juste après la chirurgie et peuvent ensuite être réalisés progressivement sous son contrôle. Il rééquilibrera votre épaule par des manœuvres spécifiques et vous enseignera des exercices à faire régulièrement chez vous pour remuscler votre bras. Il vous aidera à récupérer la souplesse de votre épaule que vous devrez entretenir comme toute personne sédentaire. Il vous conseillera aussi pour l’activité physique adéquate qu’il est conseillé de ne pas interrompre ou de commencer précocement, si possible dès le diagnostic.

La chirurgie du cancer du sein et des ganglions ayant beaucoup évolué ces dernières années, la survenue d’un lymphoedème ou « gros bras » est de plus en plus rare ; un drainage lymphatique même agréable et bien fait n’est pas utile si vous n’avez pas d’œdème. Une épaule souple et des muscles toniques, un poids stable et la pratique d’activité physique sont les meilleurs alliés de votre bras.

Préférences confidentialité
En visitant notre site, nous pouvons être amenés à stocker certaines informations de votre navigateur depuis des services spécifiques, sous la forme de cookies. Vous pouvez ici modifier vos préférences sur le respect de votre vie privée. Merci de noter que bloquer certains types de cookies peut impacter votre expérience utilisateur sur notre site et les services que nous proposons.